HOME arrow BEAST RDS 12'' / 33T arrow PRIMEVALS "Heavy War" LP Saturday, 21 October 2017

PRIMEVALS "Heavy War" LP
Primevals Heavy War
12" vinyl / Shipping
PRIMEVALS "Heavy War" LP     BR128

The LEGENDARY PRIMEVALS are out on Beast Records!
Wow!
'Heavy War' is a 11 tracks full-lenght vinyl record, 11 pure gems!




 
www.myspace.com/primevals
www.facebook.com/pages/The-Primevals



"Je n’ai jamais été inconditionnel des Ecossais malgré les trésors d’ingéniosité déployés par des esprits bien intentionnés pour m’endoctriner. Le manque de témérité, les compos trop “convenables” n’ont jamais éveillé en moi le tourbillon d’un vent de folie. En quoi cette nouvelle pastèque me ferait changer d’avis ? Je me glissais dans la peau du journaliste laissant ses préjugés dans l’encrier pour aborder Heavy War en toute neutralité, prêt à me laisser guider, secouer, voire malmener, ou enthousiasmer.
Je suis sûr qu’ils ont fait exprès de débuter par la pimentée “Way Beyond Tore Up” pour m’arracher la gueule d’entrée. Les Primevals tapent le carton avec les Nomads, les New Christs et Radio Birdman et ils ne bluffent pas comme le prouve cette première levée tonitruante. Dès le second morceau, ils passent de galop à trot. Un faux-plat qu’ils franchissent sans perdre trop de terrain vu que derrière, il y a quelques belles étapes à franchir, parfois au grand galop. Après avoir consciencieusement sillonné le disque, la lumière m’apparut (poil au nez).
Euréka, mais oui, mais c’est bien sûr.
L’intention du gang de Glasgow était de faire le disque que Radio Birdman ne fera plus et, à deux ou trois exceptions près, c’est réussi.
Ben merde alors, v’là que je vais me mettre à écouter les Primevals maintenant. Comme quoi, plus on vieillit, plus on devient con, à moins que…"

Patrick Foulhoux, patrickfoulhoux.over-blog.com


"Glasgow's longest-serving suppliers of quality garage rock have just returned from a week-long tour of France, a country that has often seems to appreciate their talents rather more than is apparent at home.
Back in the 1980s the band were signed to New Rose of Paris, and the vinyl edition of these latest 11-tracks comes via a Rennes label, with a CD to follow on Brian Guthrie's TSB of Scotland. Produced by the band and engineer Sandy Jones, and mostly written by frontman Michael Rooney, the sound of this set may be the best of their long career, with newest member Martyn Rodger contributing various shades of crucial organ colouring, as well as guitar alongside the returned Tom Rafferty, and some effective multi-layering of Rooney's vocals. Rafferty's slide playing is also an important component in a sequence that saves some of its best tracks for last and the two chord groove, In A Violent Way.
They include Keep Coming Back, which, like side one's Hit the Peaks, contains more than an hint of Led Zeppelin, a comparison I don't think I'd have made before, but which should win the band more UK fans."

Keith Bruce, www.heraldscotland.com

"Malgré tous les efforts d'Alain Feydri pour me convaincre des bienfaits des Primevals depuis que le punk de néandertal a tagué la grotte de Lascaux, je n'ai jamais réussi à mordre dedans. Et voilà que débarque le nouveau steak des Ecossais, Heavy War (Beast encore),. Avec un titre pareil, on s'attend au tapis de bombes. Je la joue kilt ou double : je tente l'expérience. L'album démarre comme une déclaration de guerre avec un 'Way Beyond Tore Up' qui vous colle dans le cockpit d'un Zero, entre les New Christs et les Nomads, pour aller faire un strike sur la flotte de rockers de plaisance qui croise sur nos ondes territoriales. Le premier passage des Primevals fait des dégâts. Ce ne sera pas le seul. J'ai baissé la garde, prêt à prendre les vagues suivantes en rafale. Dès le second titre, on revient à un Primevals plus régulier, un swamp-pub-rock déterminé. Quelle énergie ! Dire que certains vont se recueillir auprès de la pâle copie de Dr Feelgood. Si les Primevals avaient été australiens, sûr qu'on en ferait des caisses, et si ce disque sort chez Beast, ce n'est pas un hasard. Heavy War est une tranche épaisse de rock'n'roll pur et dur."
Patrick Foulhoux, DIG IT! #56

"Glasgow's garage overlords The Primevals celebrate their 30th anniversary with this mighty-fine-sounding new collection, which combines a bone-shaking vigour with rootsy rhythm'n'blues feel and aching melodies. This five-piece keep it curt and snarly on the pacey Predilection For The Blues and High Risk Times but also cut themselves some instrumental slack on the more leisurely jams such as Hit the Peaks. There is a seen-it-all soulful weariness in Michael Rooney's voice, providing a wise emotional centre round which the band are free to freak out on the climactic In A Violent Way"
Fiona Shepherd

"Bigre ! Je ne pensais pas qu'ils étaient encore actifs les Primevals. Cet album fait pourtant montre d'une belle vitalité. Le scotch, ça semble conserver. Souvenez-vous, il y a 30 ans, en 1984, paraissait le premier mini album des Primevals sur New Rose, "Eternal hotfi re", un mélange de Detroit sound, de blues déglingué à la Beefheart, de rock'n'roll psychotique à la Cramps (pour qui ils ont d'ailleurs ouvert sur plusieurs dates de la tournée européenne de 86), et de 60's garage. Le groupe cesse ses activités en 1990, avant de faire un bref come-back en 1997, et, surtout, celui qui nous intéresse aujourd'hui, son grand retour depuis 2007. De la première formation de 84, 3 membres sont encore présents sur ce nouvel album, le chanteur Michael Rooney, le guitariste Tom Rafferty et le bassiste John Honeyman. On peut y ajouter le batteur Paul Bridges puisque ce dernier a rejoint le groupe en 88. L'un dans l'autre, "Heavy war" est le huitième album des écossais, ce qui, compte tenu d'une carrière en pointillés, n'est pas si mal. Evidemment, aujourd'hui quinquagénaires, les Primevals ne sont plus forcément aussi fougueux que dans leur folle jeunesse, mais qu'on se rassure, ce disque n'a rien d'un truc qui sent la maison de retraite, d'un truc insipide qui sent sa reformation bon marché. Que nenni ! Il y a encore de belles tranches de rock'n'roll bien juteux ("Predilection for the blues", et son intro à la Bo Diddley), mais aussi de savoureuses compositions bluesy ("Don't be afraid
to cry" sur lequel plane l'aura bienveillante du Gun Club). C'est pas parce que les rides se sont creusées, que les cheveux ont blanchi et que les lunettes sont devenus correctrices plutôt que noires que les Primevals ont perdu le feu intérieur qui les animait jadis. Les écossais sont réputés pour avoir une solide constitution (le climat est vivifi ant dans les Highlands) et pour avoir un sens inné du combat, ce n'est donc pas le temps qui passe qui leur fait peur. J'ai zappé leurs 2 albums précédents, parus depuis leur reformation de 2007, j'ai donc eu la surprise de les redécouvrir avec ce "Heavy war" (le titre est à lui seul un symbole), ce qui m'a ravigoté. J'ai redressé les épaules, j'ai bombé le torse, et je me suis dit que si les Primevals pouvaient faire la nique à l'âge, je le pouvais aussi. Une cure de jouvence dont devraient s'inspirer quelques vieilles burnes de la variété française, au lieu de s'offrir des liftings ratés."
www.la442rue.com fanzine #101
 
< Prev   Next >
Copyright © 2007-2017 Beast Records - design by Slim Mitch