HOME arrow BEAST RDS 12'' / 33T arrow CHICKEN DIAMOND "II" LP / CD Tuesday, 25 November 2014

HOME
BEAST RDS 12'' / 33T
BEAST RDS 7'' / 45T
BEAST RDS CDs
BEAST RDS GIGS / CONCERTS
BEAST RDS MERCH / Tee-shirts, etc.
LINKS / LIENS
CONTACT
ABOUT BEAST RDS
MERENOISE RDS
AUSSIE STUFF
NEWSLETTER
CHICKEN DIAMOND "II" LP / CD
Chicken Diamond II
12" vinyl / Shipping


CD / Shipping
CHICKEN DIAMOND "II" BR133


The first self-titled Chicken Diamond record was a masterpiece, this one, II, confirms that the Chicken Diamond is the best one man band on earth, so far!
Just listen to the first track of this full-lenght LP (click the picture or the link below).
Available on vinyl (out reallly soon) and CD.












www.myspace.com/chickendiamond
www.facebook.com/pages/Chicken-Diamond



"Le premier album de Chicken Diamond était au top du blues glaiseux et du rock glaireux, ne trouvant comparaison et raison qu’avec Black Diamond Heavies et James Leg, le(s) maître(s) de la catégorie. Et Left Lane Cruiser me direz-vous ? Sur scène, ils sont du même tonneau, j’en conviens. Alors que sur disque…
Chicken Diamond est seul pour foutre tout ce bordel.
On s’esbaudit généralement devant la voix incroyable de James Leg marinée dans du jus de Tom Waits et Dr John. Il faut désormais ajouter Chicken Diamond pour obtenir le quatuor à cordes les plus tourbées au sud du Mississipi. Qui osera les réunir ? Qui oserait ?
Avec un premier album d’une telle intensité, j’attendais le Diamant Poussin de pied ferme. Rééditer une telle prouesse relèverait déjà du surnaturel. Mais Chicken Diamond appartient à la division supérieure, celle des surdoués, la race des saigneurs.
II est un cran au-dessus son prédécesseur. Le blues et le rock dans le même bourbier, ils ne s’en sortiront pas vivant l’un sans l’autre. Il pioche encore plus profond dans le gras. Il sort le rock de ses gonds, capable de mélanger rock sudiste et pub-rock pour une cuite carabinée. Punk diront certains, blues affirmeront les autres, rock tout simplement pour un des albums de l’année."
Patrick Foulhoux, patrickfoulhoux.over-blog.com

"Chicken Diamond is a one-man band from France. He makes what he calls punk blues. A battered French accent that sounds as if it’s been steeped in enough whiskey, petrol and cigarettes to kill any normal man.
All the musicians on this album are machines, he uses drum machines, bass loops and samples that sound as near to a live band as I’ve ever heard. It’s a massive sound.
Blues, punk, rock’n’roll, brash and thunder. Think about it, one man has created this noise. Guitar and voice carries it all…everything else is just icing and it’s the voice that drags you in, whiskey soaked and nicotine battered with too many nights screaming along to bands and howling at the moon.
This music takes you to back alleys in the wrong part of town. It puts you in clubs full of bearded leather clad bikers hopped up on God knows what. It echoes the primal blues and rock’n’roll of those that took it a step too far, Screaming Jay Hawkins, The Cramps, early ZZ Top. Those that played Rock’n’Roll and Blues out to its limits and beyond.
Behind the beautiful, shot to hell, bloody and broken voice is the guitar. Fuzzed out and distorted to hell it makes the songs come to life and seals in the punk element. Loose and hard, it swings along behind those vocals.
You get straightforward blues, well as straightforward as this album gets, on ‘High blow blues’, you get slow burning blues that creep up into your head. The sound of slow menace crawling towards you on ‘Get Out Of This Town’. A soft lament that turns nasty in a BB King cover. You get the spirit of lost highways and dusty roadsides captured by the most distinctive voice I’ve heard singing this music.
Chicken Diamond is one man from France but, until I see different, I believe he’s got the lost spirits of Rock’n’Roll, Blues and Punk that have gone before him, resurrected and made whole again, backing him in a band straight from hell. A triumph."

Adrian Bloxham, louderthanwar.com


"I’ve been pretty impressed with how just two guys from Indiana could create such a big, raucous noise while upholding the principles of Southern blues. Well imagine that kind of music being generated by one guy, from France. Left Lane Cruiser, meet Chicken Diamond.
Actually, they have met. Diamond has toured the European blues circuit with kindred souls Left Lane Cruiser and their Alive Naturalsound label mates The Black Diamond Heavies, and so it probably goes without saying that if you dig the American acts, you’re gonna really enjoy what this frantic Frenchman is puttin’ down.
The similarities extend to that graveled snarl Diamond uses to deliver his raunchy lyrics in the same gruff style as the Heavies’ John Wesley Myers aka James Leg, so good luck trying to find that accent.
For his second album, simply titled Chicken Diamond II, Diamond is noisy and boisterous, of course, but he can string together some chords that fit together and make it groove hard (“Disappear,” see YouTube above), rock hard (“Gold Rush”), and simmer in a boiling cauldron of slow blues (“31 Highway”). And those are just the first three songs. No matter how the song is rendered, there’s a riff heavier than a ’65 Fleetwood with a trunk full of bricks at the core of it, and a backbeat that smacks harder Ndamukong Suh. And Diamond is bringing it both at the same time, with a little assist from a laptop.
While his thick, amp-cracklin’ sound is very consistent, Diamond does have a surprise or two up his sleeve, like a downright dirty version of BB King’s “The Thrill Is Gone.” His blood curdling scream that ushers in the rowdy “Rock ‘n’ Roll People” is like the one Paul McCartney used to kick start “Revolution,” only a lot more frightening (edit: I have it on good word that the scream actually came from Chicken’s seven year old son, and thus his career in rock is off to a roaring start). The shimmering guitar sounds that shape the chugging rocker “Leaving In The Morning” puts the song right at the intersection of blues and Southern rock.
Chicken Diamond has been compared to everyone from 70s version ZZ Top and Screamin’ Jay Hawkins to Tom Waits and the Cramps. I could also toss in The Reverend Horton Heat and Junior Kimbrough filtered through the North Mississippi All Stars. Regardless of who he reminds you of, it’s not going to be anyone from where he’s from. Chicken Diamond may live in France but his soul roams all over the rougher and richer music territory of the American South."
S. Victor Aaron, somethingelsereviews.com


"Enfin des nouvelles de Chicken Diamond ! Après un premier album enthousiasmant sorti l'an passé, on attendait avec une pointe de fébrilité la suite des aventures de notre one man band préféré. Fébrilité ? oui et ce à double titre. Tout d'abord, on était curieux de savoir si le gaillard en avait suffisamment sous la pédale (d'effet) pour sortir un deuxième album dans la lignée du premier. Ensuite, on était un peu en manque de raw blues ces jours ci, ce disque tombe donc à point nommé.
Et dès les premières notes de "Disappear", on est rassuré. Toujours aussi dense et percutante, la musique de Chicken Diamond envoûte et donne l'envie de s'acheter une bicoque au bord d'un marais et de pratiquer de la putain de magie vaudou !
Mieux, notre homme-orchestre réussit à surprendre là où on ne l'attendait pas : moins violent que son prédécesseur, les morceaux de ce Chicken Diamond II s'avèrent plus variés et même plus fins qu'à l'accoutumée. C'est simple, on jurerait entendre ici l'oeuvre d'un groupe et non le travail d'un seul homme, signe que ces années à tourner de façon incessante pour défendre ses morceaux sur scène ont porté leurs fruits. On a bien entre les mains le fameux album de la maturité, celui qui dans un monde idéal devrait ouvrir les portes de la reconnaissance à un artiste qui le mérite.
Le disque révèle une parenté de plus en plus évidente avec les premières oeuvres des Black Keys, notamment quand ces derniers offraient avec Chulahoma, un album de reprises de JR Kimbrough, une influence commune.
Mais ce qui rend la musique de Chicken Diamond si attachante, c'est que ce dernier, outre l'influence parfaitement digérée de l'oeuvre des plus grands bluesmen (on aurait pu citer l'inévitable RL Burnside), incorpore différents emprunts à d'autres courants musicaux. Si cela était manifeste sur son premier album avec les deux reprises inspirées du Velvet Underground et des Cramps, ici ces éléments transparaissent de chaque morceau qu'il interprète.
D'ailleurs, niveau reprises la galette n'en comprend qu'une, "The Thrill Is Gone" de Roy Hawkins et Rick Darnell, popularisé dans les seventies par B.B. King.
Mais l'intérêt est bien ailleurs et des pistes comme "Gold Rush", "Highway", l'étonnante "Get Out Of This Town", "Spitting On Your Face", "Leaving In The Morning", "Rock An Roll People" ou "High Low Blues" devraient ravir tout amateur de punk blues qui se respecte.
Pour ne rien gâcher, la pochette est splendide. Une réussite à tout point de vue."
Frank, rawpowermagazine.blogspot.fr


"Onemanband Chicken Diamond komt uit het Zuidoosten (Thionville) van Frankrijk, heel dicht bij de grens met Luxemburg. Nu is er zijn tweede, zelf geproduceerde plaat, die uit is op het in Rennes gevestigde Beast Records. Er zijn heel wat onemanbands dus het is niet evident om zich te onderscheiden. Toch doet deze fransoos daarvoor zijn uiterste best. In vergelijking met zijn debuut, dat een stuk rauwer klonk, gebruikt hij naast zijn vertrouwde gitaar en stompbox deze keer ook overdubs voor de drums, samples en basloops. Het is een virtuele toevoeging uit een doosje als hij live speelt, maar op plaat zorgt het er wel voor dat ‘II’ ongelooflijk vol en rijp klinkt. De songs lijken helemaal niet meer het resultaat van een wildeman die op zijn eentje wat liedjes in elkaar heeft geknutseld. Ervaring heeft de man ondertussen zat en binnen het wereldje van de bluespunk heeft hij al enige weerklank gevonden. Zo mocht hij voorprogramma’s verzorgen voor gelijkgezinden als bijvoorbeeld Canned Heat, Left Lane Cruiser en James Leg. Het zou ons niet verwonderen dat Chicken regelmatig de hoofdact naar huis speelt, want hij is op zijn minst evenwaardig aan voornoemde muzikanten. Grote invloeden zijn tevens Fred McDowell en Junior Kimbrough. Punkblues, jawel, en op één song na (het door Roy Hawkins geschreven en door B.B. King bekend geworden ‘The Thrill Is Gone’) allemaal zelf gepend. Zijn schorre, ruwe stem zit ergens tussen die van Tom Waits, Don Van Vliet en een opgefokte Reverend Beat-Man in. Die stem past uitermate goed bij zowel de snellere als de wat tragere (‘Get Out Of This Town’ bijvoorbeeld) songs. Variatie is daarmee meteen verzekerd, omdat Chicken niet op één paard wed, maar al zijn mogelijkheden verkent. ‘II’ is zeker net zo goed als het beste werk van bekendere onemanbands als Bob Log III of Scott H. Biram."
Patrick Bruneel, www.gonzocircus.com


"Renaud est un type bien. Il mène son projet à bouts de bras, n’hésitant pas à bouffer de la borne et taper des plans rades du bout du monde sans se plaindre et avec passion. Toujours. Je suis admiratif de cette attitude qui va à l’encontre de ce que l’on essaie de t’inculquer dans les dispositifs d’accompagnement en SMAC. Après des débuts hésitants et un premier album explosif, CHICKEN DIAMOND nous sert donc un second opus rassurant. Rien ne change foncièrement entre les deux disques. Cependant, le songwriting de Renaud s’affine et s’équilibre (bonne proportion entre les saillies rock’n’roll dansantes et les blues mortifères), tout comme le son qui semble beaucoup plus précis et moins garage que par le passé (rythmiques plus soignées et solos explosifs). Quant à son organe vocal, tu sens désormais l’assurance de la maîtrise. Ca gronde comme chez le REVEREND BEATMAN avec une petite pointe de Tom Waits intériorisé. Et de Disappear et Gold Rush (maousse entrée en matière) à la reprise du Thrill Is Gone de Rick Darnell et Roy Hawkins en passant par le boogie fumant Rock’n’Roll People ou le magnifique High Low Blues en toute fin de course, on ne s’ennuie pas une seule seconde à l’écoute de ce II taillé pour la route."
recordsarebetterthanpeople.tumblr.com


"Chicken Diamond est un one-man-band qui nous vient non pas du Texas, mais du Nord Est de la France. Je ne sais pas si ce poulet est élevé aux grains sans OGM, toujours est-il que ce volatile chante comme s’il allait passer à la casserole. Avant qu’il ne cuise à feu doux, la voix de ce poulet en diamant, grince des dents (un comble pour un poulet !) et racle à la gorge, comme s’il avait bu depuis sa naissance, non pas de l’eau mais du bon whisky. En plus de sa grosse voix qui sent l’odeur des pieds et de la transpiration du punk, du rock’n’roll et du blues, notre homme joue aussi de la guitare, du Stomp box auquel il rajoute une boite à rythme, histoire de l'inclure dans ses compos pleines de vibrations sauvages. Le résultat sonne brut et live, mais le son est bien foutu. Ici ce n’est pas le son mono échappé d’une radio qu’on entend à 11h du mat chez le boucher. Non, le son de II est diablement divin pour les oreilles en mal d’électricité blues et R’n’R. Avec les moyens du bord, Chicken Diamond a réussi à étoffer sa musique, on a l’impression d’entendre un groupe de la trempe d’un Black Diamond (tiens tiens…) Heavies en action. On peut aussi rapprocher Chicken Diamond de Bob Log et Son Of Dave avec quelques riffs de guitare à la ZZ Top. Au final si vous êtes amateur de bon blues rock taché de punk rock garage, avec Chicken Diamond vous n’allez pas choisir entre l’aile ou la cuisse, vous allez prendre le tout bien cuit, et prêt à consommer. Cocorico !"
Paskal Larsen, www.foutraque.com


"CHICKEN DIAMOND n'en est pas à son premier coups d'essai. Toujours en solitaire, l'homme et ses instruments brûlent les planches là où ils passent. Lorsque dans les veines coulent le whisky, le rythme et le Blues, il ne pourrait être autrement qu'un Blues chaud mâtiné de Rock'n'Roll pulsations et d'une voix éraillée.
Doté d'une voix racleuse et chaude à la BLACK DIAMOND HEAVIES, CHICKEN DIAMOND possède également le même sens du rythme primal et groovy. Avec de tels arguments, la musique du Français s'annonce efficace. Et elle l'est. On ne s'ennuie pas sur ce II, comme pour deuxième album je suppose.
Le son est par ailleurs plutôt étoffé pour un One-Man-Band. De l'aveu même de CHICKEN DIAMOND, la version studio de sa musique est fort bidouillée avec des samples et boîtes à rythmes. Difficile dès lors de se rendre toujours compte qu'il s'agit d'un projet avec un musicien unique. Si à l'écoute de l'album, cet artifice ne choque pas, il laisse curieux l'auditeur pour la version live.
CHICKEN DIAMOND étant possédé par ce qu'il fait, cette curiosité ne se change pas en doute. De ce rejeton punk de R.L. BURNSIDE émane une confiance quant au rendu scénique à l'écoute de II.
Et de la confiance, CHICKEN DIAMOND doit en posséder. Quand on désire affronter seul le public, il faut s'assurer de tenir la route (66?) sans quoi, la chute n'en sera que plus terrible. Et encore une fois, à l'écoute de II et de ces 11 titres sans faute, on ne se fait aucun souci pour CHICKEN DIAMOND. Même si il est difficile de renouveler le genre, lorsque l'on est seul, cette particularité confère l'avantage de devoir être un minimum au point avant de se lancer. C'est pourquoi, si la recette est vite connue, si comme avec CHICKEN DIAMOND et les autres, le tour est relativement fait, la qualité est souvent au rendez-vous avec ce genre de projet. CHICKEN DIAMOND n'est pas le solitaire Punk et Bluesy qui fera contredire la conclusion."
Fred, www.shootmeagain.com 


"Le sensationnel premier album de Chicken Diamond m'avait sidéré. Un disque qui a tourné, tourné et qui tourne encore régulièrement sur la platine. Moi, dédacteur en chef d'un magazine respectable, il faisait la couverture des mois durant. Mais qui utilise encore ses yeux pour lire et ses oreilles pour écouter ? James Leg (Black Diamond Heavies) trouvait un sérieux alter-ego en la personne du one-man-band de Thionville. Des cordes vocales grasses, marinées dans la gnôle et le jus de chique, un rock de terre glaise cuit dans un moule en blues buriné par le soleil. Je l'attendais de peid ferme ce nouvel album. Chicken Diamond II (Beast again) met la barre encore plus haut ! Des enceintes coule un magma Dr Feelgood - Dr John - ZZ Top - Black Diamond Heavies/James Leg. Le son est magistral. Les chansons renversantes. On retrouve l'effet rouleau-compresseur du premier album sans aucune chute de tension. Une machine infernale. Incontestablement, un des dix albums de 2012."

Patrick Foulhoux, DIG IT! #56


"Adieu gentils baladins, l'antéchrist de Thionville est de retour. L'an passé, sa première malédiction avait effacé les auréoles de la Vierge dans toutes les églises du pays. Ce deuxième outrage vient exterminer les quelques pousses d'espoir et de candeur qui tâchaient de survivre à l'apocalypse du mois de juin 2011. A défaut de mieux, on dira que Chicken fait du blunk, astucieuse contraction des mots blues et punk. La bête est là, seule dans ce grenier où elle comprime ses petits tronçons de haine, avec un ratelier de gratte et une poignée de machines bon marché, séquenceurs et boîtes à rythme. Chicken écume avec la voix de Lemmy Kilmister ou celle de James Leg (Black Diamond Heavies), en plus gore. Il avait perpétré son premier attentat dans un blunk lancinant, sursaturé, genre Delta sludge. Il fait maintenant son deuxième cauchemar, moins souterrain, moins métal, plus rapide, hache des rythmiques infernales d'un poignet robotique à la Wilko Johnson, met à serpenter d'affreuses grimaces de country-blues aux méandres grinçants, et déclenche des chorus de souffrance avec une méchanceté sans humour... à moins que le viol de "The Thrill is Gone", équarri sur l'enclume, doive être compté pour une malice de chansonnier. Onze ordalies, toutes accessibles : Chicken n'est pas un bruitiste ni un esthète du chaos, simplement un bluesman. "Il est un air pour qui je donnerais tout Rossini, tout Mozart et tout Weber", gazouille le poète. Et c'est "Gold Rush", bien sûr. Ce chant déchiqueté qui circule comme un acide, tendu à s'en déchirer les abdos... "Gold rushhh, can't stop panning for gold !" Un exorciste est demandé à l'accueil."

Christian Casoni, Rock & Folk #545


"Deuxième album pour un one man band tout droit issu d'un pays où la désolation l'emporte largement sur l'espoir d'un avenir radieux. La Lorraine, avec ses hauts fourneaux en catatonie et ses mines en berne, n'est plus vraiment un paradis sur terre. Du coup, que Chicken Diamond fasse du heavy-blues aux forts relents Detroit sound n'est guère une surprise. Le bonhomme sait donner dans le fort, le lourd, le musclé, sa guitare est nourrie aussi bien aux Stooges qu'aux Blues Explosion, son chant est aussi primesautier que celui d'un vieux bluesman du Delta qui n'aurait, toute sa vie durant, et ce depuis le berceau, vécu que de whisky frelaté, de gnôle de contrebande, d'alcool de patate, et son tempo martelé est aussi implacable que la respiration volcanique d'un marteau-pilon dont on aurait débranché le bouton d'arrêt. Chicken Diamond chante les grands espaces poussiéreux, ceux qu'on parcourt à bord d'une Buick hors d'âge, le canon scié sur le pare-soleil, la bouteille à portée de main, et, avec un peu de chance, une auto-stoppeuse paumée et peu farouche à l'autre bout de la banquette avant, short relevé sur des cuisses fuselées. Chicken Diamond chante la poésie des tueurs en série, des clochards qui taillent la route en quête d'une improbable vérité, des bagarres de saloon les soirs de paie, des cow-boys aux dents ébréchées qui ne parlent plus qu'à leurs bestiaux, des oubliés d'un rêve de classe moyenne qui ne leur a jamais accordé la moindre chance. Chez Chicken Diamond on trouve aussi bien les riffs sournois de T. Rex, débarrassés de leurs oripeaux pop ("Disappear", "Spitting in your face") que les tambours de guerre des indiens des plaines  se préparant à une bataille perdue d'avance ("Get out of this town"), aussi bien le blues urbain et primitif d'un B.B. King sous acide ("The thrill is gone") que les déclamations vaudou d'un Robert Johnson plaidant sa cause au carrefour auprès du diable, quelque part à la frontière de l'Alabama et du Tennessee ("31 Highway"), aussi bien les petits matins blêmes et pâteux, après une nuit d'orgie, dans un motel miteux ("Leaving in the morning") que les soirées salaces et graveleuses d'une bande de pochtrons en mal de sensations électriques ("Rock'n'roll people"). Ce disque est vivant, organique, il pulse et respire, il grogne et grommelle, il se gratte les roustons et se frotte une barbe de 3 jours."

www.la442rue.com fanzine #101

 
< Prev   Next >
Copyright © 2007-2014 Beast Records - design by Slim Mitch