HOME arrow BEAST RDS CDs arrow SLIM WILD BOAR & HIS FORSAKEN SHADOW 's/t' CD Monday, 01 May 2017

SLIM WILD BOAR & HIS FORSAKEN SHADOW 's/t' CD
Slim Wild Boar and Hi Forsaken Shadow
Digipack CD / Shipping


12" LP vinyl / Shipping
SLIM WILD BOAR & His Forsaken Shadow 's/t' LP BR169

A dark folk blues sprinkled with western and rockabilly shards that claims its roots and defends its handyman craft roots. Tunes that might be drawn from the depths of the United States and performed by nuts who would maintain an ancient tradition with a lot of tormented voice, bright guitars and twilight ballads…











www.slimwildboar.com
slimwildboar.bandcamp.com
www.facebook.com/pages/Slim-Wild-Boar-His-Forsaken-Shadow




"Mais jusqu'où Slim Wild Boar s'arrêtera-t-il ? Sur son premier album, le bonhomme (par ailleurs chanteur du groupe punk the Decline!) était seul, en one man band. Sur le deuxième, il s'adjoint les services du guitariste Forsaken Shadow. Sur le troisième, c'est un batteur, Skinny Kid qui fait passer le truc en trio. Aujourd'hui, avec ce quatrième opus, le groupe est devenu quintet avec l'arrivée d'un bassiste et d'un clavier. Sans parler des invités, un violoniste, un trompettiste et un banjoïste. Slim Wild Boar évolue dans la même veine musicale que celle de ses débuts, une country-folk parfois bougrement gaillarde, d'autres fois plus cafardeuse, de temps en temps plus distanciée. On me dirait que les chansons furent composées dans une cabane délabrée au fin fond d'une forêt agonisante, répétées autour d'un feu de camp, sur les berges d'un fleuve indolent, avec le clapotis des vaguelettes venant se briser sur un champ de galets, et enregistrées dans un château en ruines, hanté de surcroît, que je ne serais même pas étonné. On perçoit dans ce disque toute la solitude d'un paysage sauvage, toute la déshérence d'une activité économique révolue, toute l'éternité d'une âme en peine. On y sent le parfum d'un automne perpétuel, on y voit la lueur blafarde d'une journée brumeuse coincée entre aurore et brune, n'ayant jamais quitté l'une, ayant toujours arboré l'autre, on y entend le silence pesant d'une vie sur le déclin, on y goûte l'amertume d'un fruit blet, d'une eau stagnante, d'une terre cendreuse, on y touche du doigt le péril qu'il y a à rester en marge, à ne pas vouloir suivre l'instinct qui, pourtant, est censé nous animer depuis que la survie fut inscrite dans la première molécule d'ADN."
Fanzine 442ème Rue #110
 
< Prev   Next >
Copyright © 2007-2016 Beast Records - design by Slim Mitch