HOME arrow BEAST RDS 12'' / 33T arrow GO!ZILLA 'Sinking in Your Sea' Gatefold LP Saturday, 23 September 2017

GO!ZILLA 'Sinking in Your Sea' Gatefold LP
Go!Zilla
12" LP vinyl / Shipping
GO!ZILLA 'Sinking in Your Sea' Gatefold LP BR181

After the EP “Magic Weird Jack” Fiorentini band Go!Zilla are back on Beast Records with their very own dirty, psychedelic acid sounds for a 10 track LP “Sinking in the Sea”. Hailing from Italy, this three-piece band is about to spread the world!









"On vous l'a déjà fait remarquer à plusieurs reprises : le garage-punk, la tambouille psyché, les riffs lysergiques et les refrains 60's, tout le monde en a eu son compte. Trop de groupes, trop de disques, trop de concerts, pas assez de fulgurances : il fallait bien que la source se tarisse un jour et que le peuple fasse entendre sa vindicte. Mais dans la tourmente, deux pays résistent : la Belgique, tout d'abord, avec Mountain Bike ou les expatriés de Regal, mais surtout l'Italie qui, après Movie Star Junkies et Father Murphy, confirme aujourd'hui son entrée définitive en résistance, avec le spectaculaire deuxième album de Go!Zilla. Plus proche de Nirvana, de Dinosaur Jr. ou de Fu Manchu que de Thee Oh Sees ou des Growlers, le trio florentin signe avec Sinking In Your Sea une féroce machine à tubes entre punk, pop, stoner, garage et rock californien qu'on vous présente aujourd'hui, dans son intégralité absolue, pour la première fois dans l'Histoire des riffs lysergiques."
noisey.vice.com

"Le groupe italien Go!Zilla percute le son garage historique hérité des classiques nuggets à la fuzz des années grunge, comme si c’était la chose la plus naturelle du monde…
Pas loin d’un Thee Oh Sees qui jouerait sur les pédales de Jay Mascis, Go!Zilla ne s’interdit rien, pas mêmes les longues plages hypnotiques et psychédéliques qui élèvent leur musique au delà de simples rouleaux compresseurs soniques. Leur déclinaison acide du punk rock est aussi puissante qu’instable et toujours surprenante sans proposer une pâle copie de la scène garage souvent sclérosée et ancrée dans le passé (Kurt sort de ce corps !!).
Leur nouvel album « Sinking in your sea », le 2e LP, a été enregistré en Italie, tout en analogique et est inspiré des comportements plus ou moins étranges des gens rencontrés en tournée, de l’Europe au Mexique. Dans tous les cas, nous, le résultat nous plaît bien et c’est bien pour ça qu’on vous propose de découvrir « Melting », premier extrait du nouvel album."
Félix Tournachon, www.lhommeaumasculin.com

" Sometimes, when you think you have heard it all, someone or something comes along that surprises you. The truth is there is not that much more to listen that has not been heard before. It is in the way things are presented that might still cause some surprise. Such is the case with this overcharged Italian crew Go!Zilla.
I stumbled upon Go!Zilla by chance at a gig in Sabotage Club, Lisbon. The evening in question was also the same that brought Mark Lanegan to Portugal’s capital to a very disappointing show. Afterwards, I went for that one last drink before going home. Lo and behold, I did not know what was in store for me.
As soon as the three Firenze sonic riders launched into their set, I thought ‘This sounds like Mudhoney in a perpetual bad trip’ but somehow, these guys had a certain aura of energy and of twisting sounds and coming up with solutions for their songs that made their music original. Their delivery is real, not a blatant imitation of a specific trend or genre.
For me, one song stood out amidst the fuzzed out blasts of distortion, the bad dream motorika like ‘Looking In The Mirror’. After the show, I spoke with the band for a while and this gave me the chance to listen to their new record in advance. Believe me, it is an explosion of a record!
As soon as it starts, high energy ‘Melting’ rhythm thrusts you into the particular world of soft backup vocals that permeate so many of their tracks. A trademark of sorts, the backup singing is essential to this acid like surf sludge band. Soft but heavy when needed, the beat doesn’t let go and title track ‘Sinking In Your Sea’ deepens the sense that this will be a non stop nightmarish groovy record.
‘Looking In The Mirror’, the one track that impressed this humble scribe, does not lose any of its power and it is a bizarre mix of krautrock meets Dick Dale with some haziness thrown in for good measure. ‘Pollution’ keeps the focused rhythm while ‘Hiding Away’ lets you breathe a little only to be bombarded again by ‘I Hate All The Time’ and that is how the record goes until all that is left behind are cities destroyed as Tokyo. The sound of wasteland is what you hear on last song ‘Xilitla’ until they come up for one last bout of destruction.
Not wanting the spoil the fun for anybody, let’s just say this is a juggernaut of a heavy high energy fuzzed out record!
Go!Zilla might not be inventing the wheel but the Firenze power trio sure come up with new circular ways to get their point across and it is us that sink in their sea."
Carlos Ferreira, psychedelicbaby.blogspot.fr

"Les premières réminiscences de Godzilla nous plongent immédiatement dans la culture populaire japonaise et nous rappellent le monstre emblématique décrit dans le film original de 1954 comme un croisement entre un gorille et une baleine laissant derrière lui des radiations qui empoisonnent l’environnement sur son passage. 
Un « souffle atomique », une curieuse attirance pour les profondeurs lugubres, avides non pas de chair mais de « fuzz » fraîche, les Florentins utilisant le quasi-identique dénominateur de « Go!zilla » ont à première vue pas mal de points communs avec le légendaire reptile. Après avoir sorti leur premier EP en 2012, suivi de l’album « Grabbing a Crocodile » puis d’un autre EP « Magic Weird Jack » tous deux sortis chez Black Candy et coproduits par l’excellent label français Beast Rds, en moins de deux ans, le groupe à enchainé plus de 280 concerts en Europe, partageant la scène avec des noms tels que The Sonics, Night Beats ou les Oh Sees. Autant te dire que le croco s’est taillé des bottes.
Productif et jamais rassasié, ce trio tapageur amené par Luca Landi revient avec un second album qui ravira les esgourdes : « Sinking in Your Sea ». 
« Je pense que notre meilleur LP, c’est celui-là » me confie Luca ; « on a essayé d’obtenir plus de solutions avec un seul instrument, la seconde guitare sonnant plus comme une basse avec un amplificateur de circonstance » Effectivement, toujours sorti d’un marécage poisseux à l’atmosphère psychédélique, ce deuxième opus n’entremêle pas les sons des deux guitares et semble plus structuré et maitrisé. L’énergie rythmique qui fait la puissance du groupe sur scène est encore omniprésente, mais cette fois ornée d’une force mélodique indéniable. 
Des morceaux garage gorgés de reverb’ avec toujours cette influence grunge des nineties comme l’excellent « Pollution » ; une immersion dans le grand bain psychédélique de « Looking in the Mirror » où l’on nage avec des gimmicks acides incroyables, mais aussi quelques pépites garage pop et des mélodies qui s’accrochent à l’arrière du cervelet comme dans « Down in your Thoughts». Voilà ce que vous réserve la nouvelle plongée dans l’univers gavial de Go!zilla. « Le but est d’atteindre une musique grunge et psychédélique à la fois, avec beaucoup de mélodies qui tendent vers le bit pop » nous résume Luca.
En multipliant les coproductions sur ce nouvel album, avec pas moins de cinq labels provenant de contrées différentes, le groupe démontre toute sa voracité et son désir d’extension à la scène internationale. Pour exemple, après un concert mémorable à Mexico l’an passé, ils seront diffusés jusqu’en Amérique Latine avec un label … Chilien ! « Algo Records est basé au Chili. Si vous n’avez pas de label chilien, comment pourriez-vous être connus là-bas autrement ? » Cela va de soi. En plus de deux labels américains (Lolipop et Gnar Tapes) et de leur traditionnel partenaire transalpin (Black Candy), Go!zilla continue donc son histoire d’amour avec Beast Records et le public français : « On voudrait être plus connus en France, c’est un réel objectif. La France est le pays où l’on préfère jouer. » A bon entendeur."
Lucas Leonard, www.casbah-records.com

"Le philosophe vous dira toujours que le plus court chemin reste celui qui vous fera prendre des détours, vous proposera des rencontres qui finiront par vous faire gagner le temps que vous perdrez en tergiversation.
Le poète vous conseillera de ne jamais arriver, de passer devant le pas de la porte sans jamais le passer, flânant dans des paysages vous faisant oublier le but ultime celui d’arriver.
Et puis il y a le punk, lui il prendra le chemin le plus court, pour le refaire de plus en plus vite, oubliant souvent de faire attention aux fleurs, piétinant les massifs tout en s’en excusant, exécutant des pas de danse faisant rire les moutons et les vaches broutant dans les pâtures lacérées par ces coups de manche de guitare.
Go !Zilla est un groupe punk tiraillé entre la philosophie et la poésie, finissant par se jouer des questions existentielles en laminant les incertitudes dans un nuage de fumée tantôt psychadélique (Xilitia) ou carrément tubesque (Hiding Away) faisant de ce disque qui à la base paie autant de mine que la filmographie complète de Mario Bava, mais qui au final s’impose comme le disque vers lequel il est raisonnable de se jeter très vite dessus. Go !!!!!!! zilla"
Gérald de Oliveira, www.adecouvrirabsolument.com


 
< Prev   Next >
Copyright © 2007-2017 Beast Records - design by Slim Mitch